Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Exposition Serge Fino, "Les chasseurs d'écume", à Douarnenez (29)

Publié le par Airhesse

Expo-Fino-douarnenez.jpgLa médiathèque Georges Perros (Place de l'Enfer) de Douarnenez (Finistère) propose jusqu'au 29 octobre 2011 une exposition des planches originales du premier tome de la série Les chasseurs d'écume (éditions Glénat). Ce premier tome, intitulé 1901. Premières sardines, paraît aujourd'hui.

A noter qu'une rencontre dédicace avec le dessinateur Serge Fino aura lieu le vendredi 21 octobre 2011 à partir de 18h dans la salle des gréements du Port-musée.

Le scénariste François Debois a adapté le roman de Jean-Claude Boulard (conseiller d'Etat et maire du Mans) L'épopée de la sardine, un siècle d'histoires de pêches, pour en faire Les chasseurs d'écume, une grande saga bretonne à la dimension héroïque, politique et romanesque, qui raconte l'épopée de la sardine. Le dessinateur Serge Finot, qui a fait un travail de documentation important pour les vêtements, les rues de Douarnenez…donne crédit et vie à ces Bretons de la mer.

Résumé de l'album : "Juin 1960, dans un train entre Quimper et Paris. Jos Gloaguen, la soixantaine chenue, va représenter les intérêts des pêcheurs de Bretagne Sud au comité interministériel de la sardine. Un voisin de wagon intrigué l'interroge : il s'est toujours demandé comment un si petit poisson peut susciter autant d'émois... Comment en 1924 les grèves des Pen Sardines, ces travailleuses des conserveries, ont pu avoir un tel retentissement national ! Jos Gloaguen sait bien lui, que la sardine est le blé de l’océan, et autant une affaire de passion que de survie…

Alors il remonte dans ses souvenirs, pour raconter comment il a embarqué pour la première fois en 1901, âgé de 12 ans. Comment il est tombé amoureux de la mer à peu près en même temps que de Denise Guilcher, fille d'une famille ennemie. Comme leur existence était difficile, entre l'âpreté des sorties en mer, les caprices de la sardine et l'exploitation par les patrons des conserveries..."

Commenter cet article