Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christian Gine

Publié le par Airhesse

De son vrai nom Christian Martinez, Gine est un auteur français né le 1er novembre 1947 à Oran (Algérie). En 1962, il débarque à Marseille avec ses parents et son frère. Après un séjour à Dôle dans le Jura, il achève ses études secondaires à Montpellier, ville où il obtiendra son diplôme des Beaux-arts.

En 1968, son diplôme en poche, il effectue son service militaire. A l'issue de ces 15 mois sous les drapeaux, il travaille quelques temps pour Jean-Paul Boyer, spécialisé dans la restauration de films cinéma.

Il s'installe à Paris en 1971 et collabore pendant deux ans à divers studios de dessins animés. Mais ce travail d'équipe lui laisse peu ou pas de liberté de création. Il s'oriente alors vers la bande dessinée. Après quelques illustrations pour divers journaux, il anime des séries humoristiques pour le journal des Pieds Nickelés et Bibi Fricotin.

En 1976, il adopte un style plus réaliste et crée Capitaine Sabre pour Tintin (la revue). L'aventure chez Tintin va durer 10 ans et permettre la sortie, aux éditions du Lombard, de sept albums relatant les aventures du Capitaine Sabre.

En 1982, il rejoint l'équipe de Gomme où débute sa collaboration avec Didier Convard. Sur un scénario de ce dernier, il illustre la série policière des aventures de Mathieu Lamy qui seront reprises en recueils chez Glénat en 1983.

En 1986, naît la série Neige avec Didier Convard au scénario. Neige paraîtra d'abord aux éditions du Lombard (les trois premiers albums) puis chez Glénat à partir de 1991. Cette série de science-fiction avec un fond d'ésotérisme, dans laquelle la quête de Neige, à la recherche de son passé, prend les dimensions épiques d'un hymne à la liberté, connait un grand succès (le tome13 est paru en 2007).

Après Last chez Blanco en 1990, l'association Convard et Gine va donner naissance à deux séries importantes. En 1994, la série Finkel , qui décrit un monde aquatique volontairement tourné vers l'écologie et l'humanisme, débute aux éditions Delcourt (le tome 7 est paru en 2005). En 2000, paraît le premier tome de la série Le Triangle secret aux éditions Glénat. Dans ce thriller ésotérique qui fait la part belle aux flash-back et qui nous plonge tour à tour dans le Moyen-âge des Templiers, à l'époque du Christ et dans l'histoire récente à la recherche d'un nouveau Graal, Christian Gine assure l'époque christique.

En 1999, il monte un petit journal "Nouvelles de Sabre" qui informe les amoureux de cette série sur l'univers secret du Capitaine. Et en 2002, il crée son label d'édition "Gibus Images" pour pouvoir rééditer de façon inédite les  albums de Sabre (Le vol du Pélican et Miss Visage en 2003) déjà parus au Lombard, poursuivre la série, mais aussi produire une imagerie autour de Sabre et des personnages de La Grande Ombre, un projet qu'il prépare.

En 2006, paraît le BDVD "Attila" chez Seven Sept, dans lequel Christian Gine, avec l'élégance de son trait et de ses couleurs, épice le monde monotone et statique de la Rome Antique.

La même année, les éditions Glénat publient le tome 1 de La Grande Ombre dans la collection "Loge Noire" dirigée par Didier Convard. La Grande Ombre est une fable mythologique, une réflexion sur la vie et la mort, au-delà des préjugés. Dans cette saga en deux tomes (le second est paru en septembre 2009), Christian Gine assure le scénario, les dessins et la mise en couleur directe à l'aquarelle (la majorité de ses autres albums, à l'exception de ceux du Triangle Secret, ont été colorisés par sa femme Rita).

En 2008, son label d'édition "Gibus Images" publie un livre jeunesse "Aventures sur l'Aber" d'Adelson et Patrick Jusseaume.

Ces différents projets, à commencer par Neige qui a véritablement imposé Gine comme un nom important de la bande dessinée, ont contribué à faire de lui un auteur reconnu et estimé qui, au fil des albums qu'il a réalisés, a développé un style personnel et d'une intensité rare. On reconnaît à chaque fois son coup de crayon si particulier, à la fois souple et nerveux.

Commenter cet article