Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Exposition Marc Hardy au Centre d'Art de Rouge-Cloître

Publié le par Airhesse

Le Centre d'Art de Rouge-Cloître (4 rue de Rouge-Cloître, 1160 Bruxelles) propose, du 5 mars au 12 avril 2009, une exposition consacrée à Marc Hardy dont le dessin est un des plus vivants de la bande dessinée humoristique actuelle.

Le Centre d'Art est ouvert du mardi au jeudi, ainsi que les samedis et dimanches, de 14h à17h. Le prix d'entrée est de 3 euros pour les adultes, 2 euros pour les étudiants, demandeurs d'emploi, séniors, moins valides et groupes et gratuit pour les moins de 12 ans. Le vernissage de l'exposition, ouvert à tous, aura lieu le 4 mars de 18h à 21h.

L'exposition montre quatre facettes du travail de Marc Hardy. Une grande partie sera constituée de dessins originaux de l'incontournable série Pierre Tombal : de nombreux dessins et illustrations, en couleur et en noir et blanc, des couvertures d'album et de magazines, pages de titres, pages de garde…Le visiteur pourra aussi découvrir des dessins et planches originales issus des séries Feux et Arkel, ainsi que des travaux, non liés à la bande dessinée, tel que portraits et affiches, faisant découvrir une autre facette de Marc Hardy.

Sur l'affiche de l'exposition, la croix de la tombe du cimetière de Pierre Tombal porte le nom d'Hugo Van der Goes. Marc Hardy rend hommage à ce peintre qui se retira au couvent de Rouge-Cloître en 1478 où il poursuivit l'exécution de ses œuvres jusqu'à sa mort en 1482. Il fut enterré dans le cimetière du couvent. L'épitaphe "Ici repose en terre le peintre Hugo Van der Goes, l'art est dans la désolation, car ne lui connaît pas d'égal" montre combien le peintre était déjà apprécié de son temps.

Marc Hardy est né à Liège le 15 août 1952. Après des études artistiques à l'Institut Saint-Luc de Liège, il fait son apprentissage en tant que dessinateur chez Mittéï (Modeste et Pompon) et Pierre Séron (Les petits hommes). Il illustre, en 1971, cinq Oncle Paul dans le Journal de Spirou. En 1972, il travaille sur Military folies aux éditions Michel Deligne. L'année suivante, il dessine avec Edouard Aidans La prodigieuse épopée du Tour de France sur un scénario d'Yves Duval. En 1974, il fait ses véritables débuts professionnels dans le Journal de Spirou pour lequel il dessine Badminton, sur un scénario de Mitteï. En 1975, il réalise Garonne et Guitare sur un scénario de Mythic. Il reprend ensuite les dessins et scénarios de Badminton puis en 1981, avec Stephen Desberg, il publie les aventures fantastiques d'Arkel. En 1982, il commence Pierre Tombal avec le scénariste Raoul Cauvin. Il s'agit d'histoires relativement courtes (d'une à deux pages) qui racontent les démêlés d'un joyeux fossoyeur et gardien de cimetière avec ses locataires, dont la première paraît dans le Journal  de Spirou en 1983. Le graphisme nerveux de Pierre Tombal  (éditions Dupuis) a vite fait de séduire. Désormais la mort peut faire rire ! En 1984, il débute avec le scénariste Yann, des séries plus adultes : La patrouille des libellules (des girl-scouts revisitent la seconde guerre mondiale), Lolo et Sucette (un humour sain dédié à la prostitution édité chez  Glénat puis en 1997 chez Dupuis dans la collection Humour libre) et Croqu'la vie (des macchabés rigolards souhaitent la bienvenue à ceux dont la terre ne veut plus) en 1992. Depuis 2004, en collaboration avec le scénariste Tome, il réalise la série Feux.

Dans cette série le dessin de Marc Hardy devient plus réaliste. Cette approche de la réalité se retrouve dans les quelques douze portraits féminins présentés dans l'exposition. Ces portraits témoignent de son admiration et de sa passion des visages féminins.

Commenter cet article